Chapitre 6

Chapitre 6

  • Comment il est ?
  • Il est habillé en livreur et …
  • Attends Je viens voir…

Aicha s’est levée pour aller voir qui devait bien lui livrer un paquet. Elle ne s’était jamais fait livrer quoi que ce soit, alors cela l’étonnait au plus haut point qu’un livreur vienne jusque chez elle pour lui remettre une boîte.

  • Bonjour
  • Bonjour, c’est vous Aicha Sow ?
  • Oui c’est moi
  • Cette boîte est pour vous

Ses doutes venaient d’être confirmées, la boîte était bien pour elle. Elle le prit toutefois hésitante et remercia le livreur avant de retourner à l’intérieur pressée de découvrir ce qu’il y avait dedans.

***

Les vagues jetaient leur hargne sur le rivage. Sur le restaurant la terrasse, tout le monde s’activait autour du buffet, c’était l’heure du déjeuner. Sally y était allée à l’heure de la pause en compagnie de Momo. Il l’avait invitée, histoire de prendre du bon temps en couple. Elle avait profité de la pause de deux heures pour y aller. Elle savait qu’elle arriverait en retard l’après-midi mais elle allait parler de quelque chose de très important avec son chérie. Elle avait attendu un temps mais ne savait comment l’aborder puis elle s’est dit que de toutes les façons, elle finirait par le faire, alors autant se lancer le plus tôt possible.

  • J’aimerais savoir où on va ? commença-t-elle
  • Où ?? Je ne comprends pas ?
  • Je veux dire, nous, notre relation, où va-t-on ?
  • Ben on est ensemble, on est heureux, ça va quoi, la vie est belle !
  • C’est tout ?
  • Mais…oui…je ne vois pas ce que tu veux dire en fait
  • Je veux dire que t’es l’homme avec qui j’ai le plus duré et je me dis que ça doit nous mener quelque part non ?
  • Oui, justement je vois que nous sommes bien ensemble, heureux et ça va, nous sommes faits pour continuer ensemble
  • Ok…je reformule, quelles sont tes intentions envers moi ?
  • Mes intentions ? mais de quoi tu parles ? j’ai l’impression qu’on tourne en rond, je me demande…
  • Le mariage…
  • Hein ?
  • Comptes-tu te marier avec moi ?
  • Oh…
  • Ok je vois…
  • En réalité…Aicha…c’est que…
  • Non…n’expliques pas

Après cela la situation est devenue tendue et elle était obligée de trouver un prétexte pour écourter la rencontre. « Je risque d’arriver en retard, tu devrais me déposer je pense ». Le trajet a été silencieux. Un silence lourd mais tellement bruissant de sous-entendus.

C’était la première fois que Sally avait une relation aussi sérieuse pour elle et elle ne souhaitait pas attendre encore longtemps pour officialiser tout cela. Elle ne voulait pas perdre de temps. Elle souhaitait enfin s’accrocher à quelque chose. Non pas qu’elle voulait forcément être dans une relation sérieuse mais elle aimait sincèrement cet homme et ne voulait surtout pas le perdre.

Après cette rencontre, elle arriva à l’université. Elle dit au revoir à Momo et s’empressa de sortir de la  voiture, pour cacher les larmes qui étaient sur le point de couler. C’était la première fois qu’elle pleurait pour un homme et elle ne voulait pas qu’il voit cette faiblesse. Elle voulait garder la tête haute. Il y avait à peine trente minutes, elle venait de presque lui faire une demande en mariage qu’il avait à peu près rejetée. Il aurait pu faire semblant au moins, ou faire une promesse et voir plus tard si ce serait possible ou pas. Peut-être qu’il avait voulu être sincère. Plein de question trottaient dans la  tête de Sally. Et puis, les filles qu’elle avait vues l’autre jour en boîte…elle se demandait quel genre de relation il pouvait entretenir avec elles. Est-ce qu’il l’aimait assez ? le trompait-il ? Elle  ne savait plus où elle en était. Devait-elle le laisser tomber comme tous les autres. Mais avec lui, c’était différent car elle l’aimait profondément.

Elle essuyait ces larmes. Les gens à l’université commençaient à la regarder bizarrement et cela commençait à devenir gênant.

Plus tard, à la descente elle marchait au retour avec Aicha.

  • Tu ne devineras jamais ce qui est arrivé hier ? expliquait Aicha
  • Quoi donc ?
  • Hier, il y a un livreur qui est venu à la maison et qui a amené très belle boîte disant que c’était pour moi, quand je l’ai ouvert, j’ai trouvé un coffret avec dedans une gamme à l’huile d’amande douce, il y avait dedans un délicieux parfum, un lait corporel, un savon, un shampoing et puis pour couronner le tout, des sels de bains relaxant, je ne sais quoi en faire pour l’instant mais c’est mignon quand même
  • Et qui t’as donné ça ?
  • C’est Jean !
  • Hum !! On dirait que tu commences vraiment à t’intéresser à lui maintenant !
  • Pourquoi ? parce que je te raconte ce qu’il m’a offert ?
  • Non, plutôt parce que tu le racontes avec plein d’enthousiasme dans la voix, tu ne t’en rends même pas compte
  • Oh…
  • Moi je me dis que tu devrais lui donner une chance, il semble être sincère
  • Toi t’es matérialiste, ce n’est pas parce qu’il me donne des cadeaux que je vais lui sauter au cou non plus

Ce fut l’une des rares fois où Sally n’argumenta pas contre son amie. Elle n’en avait pas la force du tout. Elle ne pouvait pas. Trop triste pour ça. Elle avait l’impression que sa vie n’avait aucun sens. Comme si elle était foutue. L’amour peut parfois donner de ces impressions et quand ça passe, on se demande si on a vraiment ressentie certaines douleurs par amour. Tout passe finalement mais au fil des jours, elle avait l’impression d’errer dans sa vie. Elle s’est même demandé si ce qu’elle avait fait subir à ses ex n’était pas en train de lui arriver à son tour. Le Karma.

***

Cette fois ci, Aicha avait dit merci à Jean. Elle avait envoyé un message. « Merci pour la gamme ». Sans plus. Et aussitôt, le mec a répondu comme s’il n’attendait que ça. « Ma chérie, c’est comme ça avec moi toute l’année ». Elle n’en revenait pas. Jean était-il en train d’essayer de l’attirer par le matériel. Non ce n’était pas ça. Il n’était pas ce genre, il ne devait pas l’être. Elle ne voulait pas être une fille à vendre. Une fille qui donne tout parce qu’on lui offre le matériel. Elle préférait ne pas croire cela. Mais elle ne sut pour quelle raison elle voulut  savoir si c’était le cas où non. Elle prit son téléphone.

« Je ne comprends pas », et Jean répondait du tic au tac.

« Je sais très bien comment s’occuper d’une femme comme toi »

Une femme comme elle ? Cela devenait de plus en plus ambigu.

  • Une femme comme moi ?
  • Oui, une femme belle et intelligente comme toi, je sais quel genre d’homme il te faut et c’est moi, je sais anticiper sur le moindre de tes envies, je serais là toujours, juste pour te rendre heureuse, je ne serais là que pour faire ton bonheur

Même si, elle ne le voulait pas, elle se mit à rire sans savoir pourquoi. Elle ne répondit pas au message. Elle préféra aller prendre une douche et s’enduire de tous les produits de sa nouvelle gamme cosmétique. Puis elle portait ses nouvelles boucles d’oreilles et alla à l’université.

En y entrant, elle vit Sally raccrocher son téléphone tout tristounet. Elle avait les larmes aux yeux.

  • Mais qu’est ce qui se passe ma chérie ?
  • Euh…je…Je ne sais pas ce qui m’arrive…
  • Allons, viens, viens par-là, on va s’asseoir là-bas…

 

Restez connectés pour voir la suite de cette histoire Lundi à 11 heures piles !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#LautreCoteDeLamour

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>