Chapitre 3

Chapitre 3

Chapitre 3
 
La minute d’après Abdoulaye tira également Sally et lui dit également quelque chose. Elle hocha la tête et chuchota à son tour à l’oreille d’Aicha.
Quelques temps après, ils étaient en route dans la voiture de Khalil, une belle voiture 4×4 très confortable et spacieuse. Il tenait à les déposer. Au début, Aicha avait refusé disant que ce n’était pas la peine, qu’elles avaient de quoi prendre un taxi. Mais les deux frères ont beaucoup insisté disant qu’il faisait tard et qu’il était dangereux que deux si jolies femmes se promènent à cette heure tardive. Sally n’aidait pas non plus, elle semblait vouloir y aller. Seule contre tous, Aicha fini par céder, non sans hésiter un peu avant de monter.
Durant tout le parcours, Khalil a essayé d’animer tant qu’il pouvait mais il n’y a que Sally qui était réceptive. De temps en temps, il taquinait un peu Aicha et cette dernière était obligée de répondre un peu, sans grand enthousiasme, comme à un inconnu. Aicha s’enfermait toujours face aux hommes, elle n’avait pas vraiment besoin d’homme dans sa vie. Toutes ses relations s’étaient soldées par des ruptures. Elle n’a jamais considéré ces ruptures comme des échecs. Au contraire elle n’y pensait même pas. Elle ne prenait jamais rien au sérieux mais pour ce qui est des hommes, elle n’avait aucune envie de reprendre une nouvelle relation.
Il y avait eu Alex, un métis aux yeux marron translucide, au regard profond, de grande taille, qui avait beaucoup de charisme. Elle l’a aimé pour sa beauté et son affection pour elle mais elle se rendit compte qu’il lui manquait quelque chose et qu’il y avait un hic. Elle lui dit un beau jour : « Ce n’est pas toi, c’est moi, désolée». Il l’a suivie pendant des mois sans succès. Il y eut Farba, un sénégalais pure souche, elle l’aimait bien mais il était d’une jalousie maladive. Il passait tout son temps à imaginer des scènes et à les argumenter croyant que c’était réel. Et Marame qui l’a aimée un peu trop. Marame était omni présent, il n’était pas très jaloux mais adorait marquer son territoire. Il était toujours avec Aicha, s’il avait pu l’accompagner chaque fois qu’elle allait ses besoins au toilette, il l’aurait fait. Il y avait une longue liste. Personne n’était assez bien pour Aicha. Tantôt il était trop nonchalant ou bien il était trop brusque. Rien n’allait pour elle. C’était incroyable, elle n’a jamais été sensible. Elle les jetait sans remord et ils revenaient toujours comme s’ils adoraient se faire traiter de la sorte. Aicha était à la recherche de la relation parfaite. Elle pouvait tout tolérer dans la vie, elle pouvait tout prendre à la légère mais une relation pour elle, c’était quelque chose qu’elle devait bien sonder avant de s’y lancer.
Khalil déposa Sally en premier. En sortant elle faisait un clin d’œil à Aicha. Tellement indiscrète !! Khalil lui demanda son numéro pour garder le contact et elle acquiesça sans hésitation.
Puis il ne resta plus qu’Aicha, dos au mur.
– Tu peux venir devant puisque Sally descend ici, lui dit-il
Elle n’avait pas de prétexte et s’exécuta donc. Ils firent cent mètres et…
– Alors, tu prépares la rentrée ?
– Euh…oui…oui !
– Ok, pas trop stressée
– Beeen…non
– Pourquoi tu te renfermes sur toi ??
Cette question lui ai tombé dessus, elle ne s’y attendait pas du tout, elle était étonnée qu’il lui demande cela. C’était bizarre. Elle venait à peine de faire sa connaissance et il commençait déjà à la juger.
– Comment…quoi ?
– Tu t’enfermes sur toi ! insista-t-il
– …
– Tu refuses de parler aux gens comme si t’avais peur de quelque chose ou comme si tu évitais quelque chose,
– Euh dé…désolée, je suis un peu fatiguée, je crois que ça doit être ça
Du coup, elle n’avait plus rien à dire mais lui il continuait :
– Décrispes-toi un peu, je ne veux pas t’offenser mais tu parais coincée, tu restes tout le temps dans ton coin comme ça ?
– Khalil, on ne juge pas les gens quand on les connait à peine !
Il s’est contenté de sourire, un sourire radieux
– Sacrée Aicha !! tu es incroyable !! dit-il
– Tournes à gauche après le point rond !
Elle lui indiqua le chemin et il s’arrêta devant chez elle.
– Donc c’est là que tu habites ?
– Oui, répondit-elle en descendant prestement
Il le suivit du regard pendant qu’elle passait devant la voiture pour rejoindre sa maison. Il ne lui a pas demandé son numéro. Elle était trop pressée.
– Je passerais te voir, dit-il en démarrant rapidement sans attendre les contestations de la jeune fille.
Elle suivait la voiture du regard, la voyant partir au loin.
Quelques minutes après, elle était au salon en train de discuter avec sa mère et sa sœur qui lui demandait comment le dîner s’était passé. Elle leur dit qu’elle n’irait plus jamais à un événement organisé par Abdoulaye et son frère, ce serait la dernière fois. Cela les étonnait au plus haut point car elle était quand même enthousiasmée à l’idée d’y aller avec Sally. Elles demandèrent les raisons d’un tel changement mais Aicha ne voulut pas entrer dans les détails. Elle ne savait par où commencer ni comment expliquer son gêne par rapport à toute cette situation. Pourquoi elle était si mal à l’aise, elle ne saurait l’expliquer clairement. Elle préféra se taire et passer à autre chose.
Plus tard, dans sa chambre, avant de dormir, elle se remémora ce que Khalil lui avait dit : « Décrispes-toi ! »
Pourtant ce n’était pas son genre. Elle est d’habitude très libre, sociable, plus qu’extravertie mais avec les hommes, elle prend toujours tout avec des pincettes. C’était insensé mais c’était sa façon de faire.
Après ce dîner, Aicha profita des grandes vacances comme jamais, entre sorties avec les amis, plage, nuit blanche, croquant la vie à pleine dent. A chacune de ces rencontres, il y avait toujours Khalil et son frère. Ils commencèrent à se connaître un peu mieux à force de se voir souvent. Ils organisaient même souvent des rencontres ensemble, eux quatre : Sally, Aicha, Khalil et Abdoulaye. Ils faisaient comme une sorte de tour de visite, tantôt, ils allaient chez l’un puis chez l’autre. L’ambiance se détendait de plus en plus quand ils étaient ensemble. Aicha vit son gêne disparaitre et elle a commencé à considérer ces deux frères comme de vrais amis.
Vint le ramadan, ils organisaient toujours des dîners pour se voir et de plus en plus sans les autres camarades. La complicité s’était définitivement installée.
Un des derniers samedi des vacances, Sally invita Aicha en boîte pour lui présenter son nouveau mec. Ils venaient de faire un mois ensemble. Elle insistait depuis un mois mais elle refusait disant qu’ils n’avaient pas besoin d’aller en boîte pour faire des présentations. Mais selon Sally, son copain était un associé de la boîte en question alors il n’y avait pas meilleur endroit pour faire les présentations qu’à son lieu de travail. Aicha voyait mal que sa copine fricote avec ce genre de personne mais elle se disait que ça allait passer et qu’elle trouverait finalement quelqu’un d’exemplaire et qui travaille de jour. Elle pensait réellement que cette relation ne lui amènerait que de gros problèmes.
« S’il te plait, il voudrait de connaître aussi, ça commence à devenir sérieux et je connais déjà ses amis, je veux aussi qu’ils connaissent les gens qui m’entourent » disaient elle à Aicha et elle devenait de plus en plus persuasive tous les jours. Et Aicha accepta enfin.
« D’accord, j’irais mais je ne durerais pas là-bas, je resterais juste le temps des présentations mais après je rentre », avait-elle répliqué.
Aicha aimait sortir avec les amis et tout mais, les boîtes de nuit, ce n’étaient pas son genre de divertissement. Rien ne l’empêchait d’y aller mais elle préfère rester au calme avec ces potes. C’est sa manière de savourer sa vie. Le bruit de boîte de nuit de l’enchantait guère même si elle adorait écouter de la bonne musique.
Alors je jour j, elle alla chez Sally, habillée simplement comme à son habitude.
– C’est comme ça que tu comptes y aller ?
– Mais oui, pourquoi ?
– Aicha, tu vas en boîte, tu es sensée t’habiller autrement !!
– Pfff !! Sally, ne recommences pas, maquilles toi rapidement et on y va, de toute façon, je ne vais pas durer là-bas alors je ne vois pas pourquoi je devrais m’habiller d’une autre manière !!
– Ecoutes je vais te proposer une chose, je te prête des habits, je te maquille et on y va, on retourne ici et tu reportes tes habits avant de rentrer chez toi !
– Shuuuuut ! Sally, toi aussi, pourquoi t’es aussi superficielle !
– Faisons ce que je dis seulement, je sais de quoi je parle !
Sally faisait comme si c’était une question de vie ou de mort. Elle s’habilla, se fit belle, se coiffa avant de s’occuper d’Aicha.
– Quoi ?? Il est hors de question que je porte cette robe !
– Aicha, arrêtes de faire la chiante ! enfiles cette robe tout de suite !
– Non ! on y va, comme ça, je ne porterais pas ce truc, on dirait une toile d’araignée !
– Ecoutes, tu peux porter cette veste dessus si tu n’aimes pas trop la robe, c’est la seule que j’ai ici qui soit de ta taille et qui est appropriée
Elles finirent par tomber d’accord sur la veste au-dessus de la robe. C’était une robe noire dont le dessus était complétement transparent, il fallait porter un soutien à l’intérieur pour cacher le corps. Une robe courte. La veste était en simili cuir, manche longue, il faisait un peu frais dehors. Sally la maquilla et lui donna une perruque longue. Elle lui prêta des chaussures fermées aux talons transparents mais vraiment longs. Au bout d’une heure, une fois apprêtée, Sally la tira devant le miroir de sa chambre.
« Regardes-toi ! », dit-elle en positionnant bien le mirroir
Elle ne se reconnut pas. Elle avait l’impression de voir une autre personne devant elle. Malgré sa réticence au début, elle se trouvait belle. Ça la fit sourire. Elle n’aurait jamais cru s’aimer avec ce style.
– Alors !! et tu voulais m’empêcher de réaliser ce chef d’œuvre ! Il faut toujours laisser faire les expertes !
– Tais-toi petite sotte !! répondit-elle sur un ton ironique
– Tu n’es pas consciente de ton potentiel ma chère !!
Elle ne croyait toujours pas que c’est elle-même qu’elle voyait sur le mirroir. Elle ne s’était jamais imaginée ainsi.
Le téléphone de Sally sonna. Il était presqu’une heure du matin.
– Allo !!
– …
– Oui, nous sommes prêtes
– …
– D’accord !
Elle raccrocha et se tourna vers Aicha.
– Le chauffeur est là !!
– Le chauffeur ?? Quel chauffeur ?
– Le chauffeur de Momo
– Oh…ok
Elles entrèrent dans la voiture et celle-ci se dirigea à vive allure vers la soirée.
 
Restez connectés pour voir la suite de cette histoire jeudi à 11 heures piles !!
Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!
 
#CarviWriter
#NouveauxAuteurs
#LautreCoteDeLamour
 
 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>