Chapitre 19

Chapitre 19

« Aïcha, qu’est-ce que tu me caches ? », insista-t-il.

  • Je ne te cache rien jean, n’as-tu pas confiance en moi ?
  • Si mais…
  • Mais quoi ? arrêtes ça, ne compliques pas les choses, je te présenterais à Khalil et tu verras qu’il n’y a rien entre nous
  • Huuum ? D’accord, j’attendrais que tu me le présentes alors
  • Ok, t’en fais pas
  • Alors, quoi de neuf ? qu’est-ce que tu fais actuellement ?
  • Ben là, je suis dehors là, je viens de chez Sally
  • A cette heure-ci ? rien de grave j’espère ?
  • Oooh elle s’est encore mise dans des problèmes avec Momo, une fois à la maison je t’explique tout
  • D’accord, on se capte plus tard, bisou
  • bisou

***

« Aïcha !!! Où étais tu jusqu’à cette heure-ci ? Tu vois l’heure qu’il est ? Il est déjà 20h !!! », Rugissait encore sa mère

Elle tentait de lui expliquer mais elle criait ne la laissant pas s’exprimer, disant que sa fille ne la respectait pas et plongeait encore dans ce sempiternel discours à propos de l’honneur familial et ainsi de suite. Aïcha s’enfuit dans sa chambre pour éviter de polémiquer encore. En fermant la porte elle l’entendit dire : « C’est Jean que t’es allée voir, c’est ça ??? Mais je te jure que si tu tombes enceinte, tu n’accoucheras pas ici»

Sa mère était vraiment sérieuse là à propos de son histoire de couvre-feu. Aïcha n’y croyait pas mais elle était obligée de se rendre à l’évidence. Sa maman était décidée à l’empêcher de sortir de la maison en dehors des heures de cours. Et tout cela pour l’empêcher de voir Jean dehors. Elle était motivée. Aïcha ne comprenait plus rien.

Cela lui donna envie d’appeler Jean. Mine de rien, il lui manquait tout à coup. Elle l’appela, l’informa qu’elle venait d’arriver chez elle, que sa mère en faisait tout un plat, que Sally avait vécu pareil qu’à la soirée mais cette fois ci dans un restaurant, tout en omettant de lui dire qu’elle avait donné son corps pour sauver son couple. Jean dit fermement que cette fois, il ne lèverait pas le petit doigt pour l’aider. Elle lui raconta sa journée et conclut en disant qu’il lui manquait un tout petit peu. Alors Jean sauta sur l’occasion et lui proposa alors qu’ils se voient chez lui à leur pause à l’université. Elle déclina car les cours du lendemain seraient enchaînés et elle devra descendre plus tôt que d’habitude. Elle insista alors en lui proposant une alternative. Ils tombèrent d’accord sur une rencontre à 16 heures. Il viendrait le prendre et ils pourraient tous les deux aller prendre un petit verre chez lui. Mais Aïcha resta ferme en lui disant qu’elle restera jusqu’à 17h30 et qu’après cela elle rentrerait directement à la maison.

Mais les choses ne se sont pas passées comme elle le prévoyait. Le lendemain sa mère a sommé Omar de la surveiller désormais. Elle lui a aussi dit que désormais, ils devaient tous les deux arriver en même temps à la maison. Ils n’avaient qu’à s’attendre. Si l’un descend avant l’autre, il n’aurait qu’à attendre l’autre. Elle était ferme là-dessus. C’était non négociable.

Aïcha n’eut d’autre choix que d’appeler Jean pour annuler. Il insista un peu mais ça ne marchait pas, Aïcha ne voulait pas de problème avec sa mère. Il lui proposa de dire à cette dernière qu’il allait devenir musulman.

  • Ecoutes, maman recommence !! Elle veut maintenant que mon frère me surveille, tu te rends compte ?
  • Attends calmes toi, elle veut juste te protéger mais il faut savoir t’y prendre
  • Elle n’a jamais été comme ça, je ne comprends pas
  • C’est la première fois qu’elle est confrontée à la réalité que tu doives la quitter un jour
  • Oui, mais bon…

« Tu crois que cela va marcher ? » douta-t-elle

« Essaies seulement et on verra»

***

« Devenir musulman ? Tu crois qu’il est sincère ? Mais réveilles toi petite, tout cela c’est juste pour t’avoir, ne te rend tu pas compte ? »

Sa mère était de nouveau catégorique. Mais elle l’aimait tellement qu’elle était prête à tout pour l’épouser. Mais quoi ? Quoi faire ? Elle ne savait comment se comporter devant les réactions excessives de sa mère. Elle allait finalement se donner le temps de réfléchir, faire le vide afin d’avoir une intuition qui lui serait insufflée peut être.

Elle passa ainsi une semaine à être « trimballé » de sa mère à Jean, comme une sorte d’intermédiaire qui leur permettait de communiquer. Elle a fini par s’épuiser et a appelé Jean le vendredi soir.

  • Je crois qu’il faut qu’on fasse une pause
  • Quoi ? pause de quoi ??
  • Pause !! nous deux ! je suis fatiguée, de me battre comme ça, toute cette pression, je ne la supporte pas, c’est trop pour moi
  • Mais attends au moins un an avant de lâcher, on n’a même pas fait un mois ensemble et tu t’avoues vaincu, Aïcha, t’es faible hein
  • Shhiiiii Jean, écoute donnes moi une semaine je vais réfléchir
  • Mais pourquoi tu n’en parles pas à ton père directement, c’est lui qui décide après tout
  • Euuh…écoutes, je vais te rappeler !

Elle lui a dit ça juste comme ça mais elle n’avait aucune intention de le rappeler. Elle éteignit son téléphone et pleura. Puis elle se demanda même pourquoi elle pleurait pour un homme. Elle se ressaisit et s’endormit presqu’au même moment.

Le week-end là fut lourd. Elle voulut sortir se promener à la plage un peu mais elle se rappela qu’elle n’avait plus le droit de sortir pour ce genre de raison. Elle se demanda comment sa vie a pu être si merdique. Mais appeler Sally la fit relativiser. Sally était dans une sorte de « retraite dépressive ». Durant toute la semaine elle n’avait pas posé un pied à l’université. Elle pleurait presque tout le temps et refusait de sortir de son cocon.

Aïcha ne pouvait venir la réconforter, craignant que sa mère fasse encore des histoires. Elle commençait elle aussi à déprimer et se rendit compte que la seule chose qui la faisait tenir, c’était de pouvoir se promener souvent au bord de la mer. Elle repensa ce que Jean lui avait dit : « Mais pourquoi tu n’en parles pas à ton père directement, c’est lui qui décide après tout ».  Lorsqu’elle alluma son téléphone, elle reçut en même temps plein de messages  de Jean le matin mais elle a préféré faire la sourde oreille.

Les messages s’enchainaient comme suit :

« C’est ça, m’appeler bientôt ? L »

« Qu’est-ce que tu fais en ce moment ? »

« Pourquoi tu as éteint ton téléphone ? J’essaie de te joindre depuis un moment et pas de réponse »

« J’espère que tout va bien ? »

Chaque message la plongeait encore plus dans la confusion que la précédente. Aïcha éprouvait maintenant des sentiments pour Jean. Elle ne se serait jamais imaginé que tout ceci lui ferait si mal. Elle allait pleurer mais retint ses larmes se disant qu’elle ne voulait pas se transformer en une seconde Sally. Elle essaya de positiver durant tout le week-end.

Le lundi elle fut surprise de trouver Jean à la porte de l’université à l’heure de la pause, demandant des explications.

  • Jean, je t’ai déjà dit que je souhaite qu’on prenne une pause, pourquoi ne me comprends tu pas ?
  • Aïcha, s’il te plait évite de prendre une décision hâtive, on va trouver une solution ensemble
  • Quelle solution ??? On dirait que tu n’entends pas ce que je dis
  • Bien sûr que je t’ai entendu mais ce n’est pas en réagissant ainsi que tout va s’arranger
  • Ooooh, laisses tomber Jean, laisses moi tranquille, dit-elle en s’éloignant
  • Aïchaaaa, cria-t-il en le suivant

Elle se retourna aussitôt

  • Arrêtes de me suivre, tu veux que tout le monde saches de quoi on parle ?
  • Donc tu veux dire que c’est fini ?
  • Je n’ai pas dit que c’est fini !
  • Alors quoi ?
  • …laisses moi tranquille
  • Tu as cours tout à l’heure ?
  • Oui
  • Et à 16 heures ?
  • A 16 heures, je rentre avec mon frère !! mais par où tu entends ?
  • Ok, je n’insisterais plus, je vais considérer que tu veux mettre fin à notre relation tout simplement

 

 

 

 

Vous voulez connaître la suite, restez connectés !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#Incomprise

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>