Chapitre 15

Chapitre 15

Avant que les filles ne puissent digérer toutes les informations, Momo tirait déjà l’homme par le bras lui demandant de venir rejoindre ses trois autres amis. Elles auraient pris la fuite, si elle le pouvait.

C’était trop tard, le monsieur s’approchait déjà et s’arrêta net lorsqu’il les vit  et n’eut d’autres choses à dire  que : « Oh ». Il avait un air à la fois surpris et tendue. Momo n’eut pas le temps de le présenter, l’autre gars avait déjà commencé à dire des choses bizarres, les yeux hagards. Ses sentiments commencèrent à se lire sur son visage. Il éprouvait forcément quelque chose. Il suffisait de voir ses pupilles se dilater et ses yeux briller.

  • Sasa !! oh mon Dieu, qu’est-ce que tu fais ici ? dit-il en s’adressant à Sally

Il l’appelait affectueusement « Sasa » malgré tout le mal qu’elle lui avait  fait. Elle ne sut quoi dire troublée. Un instant, le temps s’arrêta. Chacun écoutait pour savoir ce qui allait se passer.  Jean était bouche bée, questionnant le trio du regard. Aïcha aurait voulu protéger son amie mais quand les actes rattrapent une personne, on ne peut rien faire pour elle.

  • Sally tu le connais ? vous vous connaissez ? demandait Momo pris au dépourvu, lui qui voulait présenter son ami à sa copine, il était surpris de voir qu’ils se connaissaient déjà

Sally était devenue tout d’un coup muette comme une carpe. Elle ne savait plus quoi faire. Elle ne voulait plus bouger, comme si le fait de rester calme de cette manière la protégeait de la honte qui parcourait tout d’un coup son corps sous la forme d’une énorme bouffée de chaleur. L’homme, Fadel, continuait d’insister. Et elle commençait à se gratter la nuque, le geste qu’elle avait l’habitude de faire lorsqu’elle était gênée.

  • Sasa, t’es venue avec ton mari ?
  • Son mari ?? failli s’étrangler Momo, mais elle n’est pas mariée !! C’est ma copine !
  • Quoi ??? ta copine ?? s’étonnait Fadel

Il partit sur un rire narquois. Il riait de dépit et empoigna Momo

  • Mais qu’est-ce que tu racontes ? tu veux dire que cette fille est ta copine ? C’est donc d’elle que tu me parlais ?
  • Quoi ? Elle est mariée ??

Sally eut un pincement au cœur quand Fadel mentionna implicitement que Momo parlait d’elle. Pour la première fois de sa vie, elle réalisa qu’elle faisait beaucoup de mal aux hommes qui l’aimaient sincèrement. Elle eut peur que Fadel dévoile tout à Momo, là devant tout le monde et qu’elle le perde par la même occasion. Elle eut l’impression que toute la salle sentait le gêne planer et que tout le monde les regardait. La honte de sa vie. Ce qu’elle craignait arriva. Fadel, dépité, commença à déballer.

  • Momo, c’est cette fille qui m’a trahit. Elle m’a dit que son père l’a marié de force. Il y a de cela quelques mois ! J’ai tout fait pour cette fille, tout je te dis !! je…je ne comprends pas…je lui ai tout donné, je me suis sacrifié plusieurs fois pour ses beaux yeux, j’ai tout fait pour qu’elle soit heureuse mais elle ne faisait que me pomper tout mon fric !

Fadel était un peu émotif sur les bords.  Il commençait à être hors de lui.

Avant même qu’il ne termine son récit, Momo s’était retourné brusquement vers Sally. Cette dernière baissait les yeux et lui, continuait de la fixer, dégoûté.

Fadel terminait son monologue avec le coup de grâce :

  • Et dire que je l’aimais encore et était décidé à tout recoller avec elle, mais là avec un ami !! pfff ! c’est plus que je ne peux supporter ! Je me doutais bien que cette femme n’était pas nette ! C’est juste incroyable ce qu’elle est capable de faire !
  • Quand t’a-t-elle dit qu’elle devait se marier ? demanda Momo tout en continuant de fixer Sally
  • En Octobre ??? Cria-t-il à un tel point que tous les autres invités de la salle se retournèrent vers lui

Et cette fois ci, c’est lui qui partir sur un rire hystérique, pleins de reproches.

  • Tu dis que c’est en Octobre qu’elle t’a largué ?? continua-t-il de dire

Puis, il se retourna à nouveau vers Sally, cette fois ci le regard triste, il lui dit, la voix presque inaudible

  • On s’est connu en Août…

Il empoigna Sally, rageux

  • ON S’EST CONNU EN AOÛT !!!

Jean et Aïcha intervinrent afin de le calmer. Voyant qu’ils attiraient l’attention sur eux, il la relâcha brusquement.

  • J’avais confiance en toi !!! Je ne t’ai jamais trompé moi ! disait-il

Il se retourna, s’en alla sans rien dire.  Fadel qui jusque-là, suivait tout, les bras croisés ajouta : « Je te souhaite vraiment que tu te réveilles enfin et que tu arrêtes de faire du mal autour de toi, moi je t’aimais sincèrement et je t’aime toujours d’ailleurs et je suis sûr que Momo aussi, arrêtes de jouer avec les cœurs des gens. En ce qui me concerne, après ce qui vient de se passer, je t’oublierais plus facilement»

Sally tremblait de peine, les larmes aux yeux. Pour la première fois, elle venait de se faire démasquer. Elle aurait dû se douter au début de la soirée que cela se passerait mal pour elle.

Avant de partir, Fadel, lui tint le menton entre le pouce et l’index, la fixa droit dans les yeux alors qu’elle reniflait nerveusement essayant d’empêcher les morves de sortir de ses narines. Il lui dit : « Tu sais ce que c’est que le Karma ??». Sur ce, il partit avec le fort sentiment que justice a été rendu.

Sally ne bougeait plus, elle ne faisait que pleurer. Aïcha lui prit la main : « Allez viens ! ». Jean ne sut quoi faire si c’est de les déposer. Sally s’assit derrière muette durant tout le parcours. Un silence lourd. Une fois arrivé chez elle, elle dit d’une toute petite voix : « au revoir » et courut s’engouffrer chez elle.

Une minute plus tard, Jean était en route vers chez Aïcha. Il ne parla pas trop à part de temps en temps, lui demander « ça va ? ». Et elle répondait tout le temps « ben oui ! ». Tout le monde était encore secoué par la tournure de la soirée.

Arrivé chez elle, il gara à la porte et au moment où elle allait sortir, il la retint :

  • Aïcha ?

Elle se retourna.

  • J’espère que tu ne fais pas comme Sally !

Elle écarquilla les yeux stupéfaite !

  • Non mais tu me prends pour qui ?! répondit elle et descendit hâtivement

Il sortit aussi de la voiture et alors qu’elle entrait chez elle, il lui dit :

  • Si tu me fais ça, je me suiciderais !
  • Parles moins fort, sinon les voisins vont vraiment croire que t’es en train de te suicider !!
  • Je t’aime !

Elle sourit et entra enfin chez elle. Elle tomba nez à nez avec sa mère assise sur une chaise en face de la porte.

 

Vous voulez connaître la suite, restez connectés Jeudi !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#LautreCoteDeLamour

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>