J’aurais dû, le tome 1

J’aurais dû, le tome 1

Coucou, mon second livre « j’aurais dû » Tome 1 est en ligne depuis le 1er Mai, Voici un extrait de ce livre :

Comme d’habitude, ils m’ont fait savoir que je n’avais droit à la page que je n’avais aucune autre résolution que d’obéir mais j’ai décidé de mettre des plans en place. Mon plan A : envoyer des messages à Aimé pour le prévenir. « Salut Aimé, je ne sais pas ce que tu crois mais je continues de maintenir ce que je te disais. Ce n’est pas ce que tu crois. Je pense que si tu m’aimes, tu dois au moins écouter ma version à moi car je n’ai absolument rien fait de mal. Mes parents ont décidé de me donner en mariage et je suis contre cette décision. Fais-moi signe et on pourrait se voir. S’il te plaît réponds cette fois-ci ».
Je croyais qu’il aurait hâte de répondre, mais je me suis gourée. Au bout de trois jours, je me suis rendu compte qu’il s’entêtait toujours, alors j’ai décidé d’agir autrement. Je voulais m’enfuir pour ne pas devoir subir ce mariage forcé. J’ai volé de l’argent à ma mère, beaucoup d’argent. J’ai fait mon sac avec quelques habits et j’ai quitté la maison pour aller chez Aimé. Je pensais qu’en allant chez lui, je pourrais squatter là-bas où peut être m’enfuir avec lui. Je ne savais quoi faire, l’essentiel était que je ne me marie pas avec ce vieux.
C’était la plus grosse sottise que j’ai faite de toute ma vie. J’avais encore les clés de son appart. Alors, j’ai ouvert doucement la porte, histoire de ne pas le déranger au cas où il dormirait. A ma grande surprise, la pièce avait changé, les meubles n’étaient plus aux mêmes places, comme pour effacer des traces. J’ai avancé vers la chambre et j’ai vu par terre des talons haut rouges, mon sang n’a fait qu’un tour. Sur le lit se trouvait une robe rouge, une chemise et un pantalon d’homme. Je refusais de me faire à l’idée que cela puisse être ce que je croyais. Peut-être qu’il avait prêté l’appart à un ami. J’entendais de l’eau couler sous la douche alors je n’ai pas hésité à entrer dans la salle de bain, derrière le rideau, j’entrevoyais deux silhouettes. Je tirais ce rideau quitte à les voir tout nus. C’était bien ce que je croyais. Ils s’embrassaient et c’était Aimé et Cindy. C’était incroyable. Mes larmes ont commencé à couler, j’ai refermé le rideau et me suis enfui de l’appart. Aimé pris rapidement sa serviette et se mit à courir derrière moi : « Ndéya, attend moi, attend moi stp ! ». Je me retournais et lui jetait ses clés à la figure, puis je sortais le cœur lourd, l’esprit encombré.
Comment il avait pu ? Au moindre malentendu, il était parti se réfugier dans les bras de Cindy. Cette fille facile qui se donne à tout le monde.
J’ai pris mon téléphone et a envoyé un message à Aziz « si tu crois que Cindy est la femme de ta vie, tu te trompes lourdement, elle couche avec mon copain et je viens de les surprendre ». J’agissais sans réfléchir. Et puis d’ailleurs, pourquoi cacher à Aziz que j’avais un mec. Je n’avais plus rien à perdre. Au moment où je lui envoyais ce message, ma mère avait sûrement découvert mon absence et la somme que j’avais volé. Inutile pour moi de retourner à la maison.
***
Je me promenais le long de la plage, c’est là que j’ai reçu le message d’Aziz : « On n’est plus ensemble ». Cela n’arrangeait rien. Tant mieux pour lui et tant pis pour moi. J’avais envie de lui faire très mal à cette Cindy, de me venger d’elle. Et Aimé, je voulais juste l’oublier, ne plus perdre le contrôle quand je le reverrais.
Je pris un peu de l’argent que j’avais volé et j’achetais des poissons grillés que je mangeais sur la plage en pleurant. Aimé m’appelait sans cesse mais je ne décrochais pas. Il m’envoyait un message : « Ndéya mon amour, j’ai fait la plus grosse erreur de toute ma vie, pour la première fois depuis trois ans, je me rends vraiment compte d’à quel point je t’aime ». Un autre message le suivit : « C’est quand on perd un être d’une valeur inestimable qu’on se rend compte d’à quel point il était important dans notre vie. Je t’aime ». Le troisième : « Reviens moi mon amour, je t’écouterais, je te promets que je serais attentif à ce que tu as à me dire mais s’il te plait ne t’en vas pas».
Depuis 17h, ma mère et mon père appelaient. La première fois, j’ai décroché mais ai aussitôt raccroché quand ma mère m’a menacé : « Rentres tout de suite à la maison !! ». Elle a tenté de me recontacter mais je n’ai pas réagi. J’avais décidé que c’était fini les menaces et les rapports de force entre moi et eux.
Je restais sur la plage à flâner jusqu’à 22 h, pleurer et penser à tout : Aimé, Cindy, le vieux supposé futur mari, mes parents, Amaro etc.
A minuit, j’ai appelé Aimé, il était apparemment heureux d’avoir de mes nouvelles :
– Oh mon Dieu Ndéya, je ne me serais pas endormi si tu ne m’avais pas contacté
– Aimé écoute moi, j’arrête dès aujourd’hui de te supplier de m’écouter, toi et moi c’est terminé et j’en profite pour te dire Adieu, je quitte tout, je m’en vais, on ne se reverra plus
– Mais qu’est-ce que tu racontes, Ndéya on pourra repartir à zéro et…
Et j’ai raccroché. ????

Voici les liens pour télécharger le livre :

Sur le site : http://carvi-write.com/?post_type=product
Sur Paydunya : https://paydunya.com/click2pays/collection/p/DV89WZm5

Il est payable par VISA/MASTERCARD, Paydunya, Orange Money, Joni Joni/Vitfé.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>