Chapitre 8

Chapitre 8

  • Ecoutes Khalil, c’est compliqué tout ça, j’apprécie bien ton amitié et…
  • T’as quelqu’un dans ta vie ?
  • Oui !! C’est ça, j’ai quelqu’un !

Il serra la mâchoire, observa un instant de silence puis respira profondément comme s’il ne savait plus quoi faire.

  • Je n’insisterai pas car je n’aurais pas aimé qu’on te demande cela si t’étais avec moi mais je suis obligé d’admettre que cela me fait beaucoup de mal et qu’il est vraiment très chanceux de t’avoir car…c’est vrai que je te connais juste depuis peu mais tu sembles être quelqu’un de bien…

Ils venaient juste d’arriver chez elle.

  • Au revoir Khalil, désolée dit-elle après l’avoir écouté. Elle ne voulait pas entrer dans ce genre de débat avec lui.

Elle respira un bon coup en sortant de la voiture comme venant tout juste de sortir de sous l’eau. Elle étouffait dans cette voiture et avait besoin d’inspirer une bonne bouffée d’air. Pourquoi lui avait elle dit qu’elle avait quelqu’un dans la vie ? Elle avait menti. Elle en était consciente, elle ne le voulait pas. Mais elle était  prise de court, dos au mur.

Plus tard, pendant qu’elle relisait ses cours, elle s’arrêta un instant pensant à Khalil. Khalil était un homme charmant mais elle ne le trouvait pas assez bien pour elle. Comme tous les autres d’ailleurs. Elle rêvait de l’homme charmant mais discret, sérieux mais drôle, sage mais en même temps sauvage. Et elle ne l’avait jamais vu. Elle voulait juste quelqu’un qui la ferait valser d’un état à l’autre.

Puis elle se mit à réfléchir sur ce que Jean lui avait dit. « Ne réfléchis pas trop ». Jean était très charismatique, grand, très sexy. Il était toujours bien habillé, bien parfumé, propre. Il donnait des cadeaux quand il le pouvait. Il était charmeur en tout point. Mais Aicha savait qu’il adorait vivre une folle vie. Il ne lui garantirait rien de stable. En plus le lieu où il l’avait rencontré n’était pas recommandable. Mais c’était son lieu de travail. Que dirait- elle quand on lui demanderait où il l’avait connu ?

Khalil paraissait responsable. Il était le visage parfait de l’homme de famille. Jean lui, de loin était parfait mais n’était peut-être pas fait pour une vie de famille. Après, elle voulait bien s’amuser un peu.  Mais elle aspirait à un cadre posé comme toute femme de son âge.

Et puis, pourquoi Sally pleurait pour Momo ? Quel qu’en soit la raison, vivrait-elle la même chose si elle se mettait un jour avec Jean. Ne dit-on pas que « qui se ressemble s’assemble » ?

Aicha hésitait beaucoup. Elle n’avait jamais eu l’embarras du choix même si elle n’a jamais manqué de prétendants. Elle savait toujours quoi faire et quand le faire.

Le lendemain à la pause, Khalil vint garer sa voiture devant la buvette en face de l’université. C’était à se demander s’il n’avait rien d’autre à faire de ses journées. A quel moment travaillait-il ? Il trouvait le temps de quitter son lieu de travail pour aller à la buvette. Cette fois-là, on aurait dit qu’il avait passé la première moitié de la journée à se faire beau, il avait une nouvelle coupe toute fraîche, son visage en était devenu tout rajeuni. Il était habillé en une très belle tenue traditionnelle qui lui allait à merveille. Il vint tout souriant, insista pour payer le déjeuner, argumentant même que Sally et Aicha était ses « petites sœurs » et que ce qu’il faisait était naturel. Et quand elles lui demandèrent s’il voulait voir Abdoulaye, son vrai frère, avant de partir, il dit qu’il le verrait plus tard et qu’il devait y aller immédiatement. Son jeu devenait ridicule mais les filles en riaient simplement dès qu’il tournait le dos.

Juste avant la reprise de l’après-midi, Aicha tenta de savoir  encore une fois pourquoi Sally pleurait la veille.

« J’ai laissé tout le monde…enfin…j’ai arrêté de sortir avec tous les autres, j’ai décidé de consacrer mon temps et ma vie à Momo, je sais qu’il n’est pas parfait mais c’est avec lui que je vois l’avenir, je ne pense pas pouvoir vivre sans lui. Mais je ne le sens pas aussi engagé que moi dans cette relation. Je sais que j’ai fait des erreurs dans le passé et aujourd’hui, je souhaite me racheter et partir sur de nouvelles bases. L’autre jour, je lui ai parlé de mariage. Je ne sais pas si j’ai bien fait de faire ce premier pas vers lui. Peut-être que c’était trop tôt et j’aurais dû attendre mais il a été tout à fait neutre sur le sujet comme si il n’y avait jamais pensé du tout. Cela m’a blessée. J’ai eu l’impression de vivre une relation à un seul sens. Hier quand tu m’as vu, je venais juste de l’appeler et c’est une autre femme qui a décroché. Quand je lui ai demandé qui c’était elle m’a répondu qu’elle s’appelait Maguette et que Momo s’était déplacé puis qu’il allait revenir sous peu. Elle m’a demandé qui j’étais pour passer le message et c’est à ce moment que j’ai craqué… »

Elle s’est arrêtée un moment, les larmes aux yeux avant de continuer. Aicha a commencé à deviner la suite. Elle ne voulut pas l’interrompre, la laissant se libérer.

« J’ai craqué et j’ai raccroché sans rien demander car je sais que Maguette est son ex. J’ai une fois vu leur message qu’ils s’envoyaient. Ça n’avait rien de louche mais ils s’entendaient très bien et ils avaient l’air de tout se dire comme de vieux amis. Je ne sais comment ils se sont connus ou séparés mais je sens entre eux cette étincelle qui manque entre moi et lui. Ce qui me fait le plus mal c’est que je ne l’ai pas entendu ce jour-là depuis que j’ai eu Maguette au téléphone. Je me fais des idées noires depuis lors. J’ai un mauvais pressentiment car je sais que je tiens plus à cette relation que lui. Le soir, j’ai essayé de le joindre mais je suis tombée sur sa boîte vocale. Aujourd’hui, tôt le matin, il m’appelle comme si de rien n’était et quand je lui ai parlé  d’elle, il s’est excusé et m’a dit que Maguette était venu à sa boîte le supplier de revenir avec elle et qu’à un moment donné il est allé au toilette et c’est à ce moment que j’ai appelé. Je ne sais pourquoi mais je n’en crois pas un seul mot. Je n’ai pas confiance en lui et le pire c’est que je ne veux même pas le quitter. J’en ai pas la force. Je reste avec lui en me faisant du mal. »

Aicha eut le cœur serré en l’écoutant. Elle se dit au fond d’elle qu’elle avait peut-être la chance de ne pas pouvoir ressentir ce genre de sentiment. Elle pouvait au pire ressentir de l’affection ou du désir mais pas plus. Mais elle avait tellement de peine pour son amie qu’elle lui proposa

  • Sally, pourquoi ne pourrais-tu simplement pas faire comme avec tous les autres ?
  • Parce qu’il n’est pas comme les autres
  • Qu’est-ce qu’il a de plus qu’eux
  • Je l’aime…dit-elle, la gorge nouée par les larmes

****

Arrivant presque chez elle, Aicha vit un livreur garer en même  temps devant la porte. C’était le même que la dernière fois.

  • Si c’est Jean qui t’envoies, tu peux lui retourner cette boîte dès maintenant !!
  • Non en fait, c’est un autre !! n’est-ce pas vous, Aicha Sow ?
  • Oui, c’est moi !
  • Cette boite est pour vous !
  • C’est quoi encore ?
  • Mademoiselle, je fais juste mon travail, ouvrez la !

Sur ce, il accéléra et sortit du quartier. Aicha le regardait s’éloigner, la boîte entre ses mains, stupéfait. Elle se demandait qui cela pouvait être cette fois-ci.

Elle alla s’asseoir dans sa chambre, s’empressant d’ouvrir le cadeau. C’était une belle tenue traditionnelle de couleur orange, sertie de strass, ça avait l’air tellement cher. Elle eut envie de le rendre mais elle se demandait à qui elle devait le remettre. C’est à ce moment qu’elle remarqua une enveloppe dans la boîte. Elle l’ouvrit et y vit une petite carte. Dessus il était écrit : « Juste un cadeau d’un ami, J’espère que ça te plaira, Khalil ». Elle ne sut trop quoi faire, elle pensa un moment l’appeler mais se retint à la dernière minute. Elle le reverrait. En plus, elle ne souhaitait pas l’encourager même s’il disait que c’était juste en tant qu’ami.

Elle commença à comprendre pourquoi Sally était prête à dépendre complétement des hommes. Ces messieurs dépensaient des tas d’argent rien que pour conquérir le cœur d’une femme. En plus ils savaient où trouver les bonnes choses. C’est à croire qu’il y avait des femmes derrières ces choix méticuleux. Ils savaient exactement gratter là où ça démangeait. Difficile de ne pas tomber dans leur bras. Aicha avait toujours su qu’elle n’était pas matérialiste mais elle adorait les cadeaux qu’elle avait reçu jusque-là. Depuis toute petite, elle n’a jamais eu besoin de faire quelque  effort que ce soit pour avoir ce qu’elle voulait. Il lui suffisait de dire qu’elle avait envie de quelque chose et toute sa famille se démenait pour le lui donner, sa sœur, sa mère, son père, son frère. D’ailleurs son frère demandait souvent si quelqu’un pouvait s’occuper de lui comme on s’occupait de sa sœur.

***

Les jours passaient et Sally perdait l’éclat de son visage. Elle avait une mine tellement triste même si elle s’efforçait à sourire tout le temps. Ce n’était plus naturel et cela Aïcha s’en est rendu compte très vite. Elle se dit que cela ne servait absolument rien de lui parler car elle savait que cela avait un lien avec Momo. Lui demander ne ferait qu’envenimer les choses. Elle ne souhaitait pas s’ouvrir.

Aicha se dit au fond que son amie était peut-être en train de payer ce qu’elle avait fait aux autres hommes. Elle sut toutefois quoi faire. Elle appela Momo :

  • Allo Momo ?
  • Oui Aïcha comment tu vas ?
  • Je vais bien et toi ?
  • Bien Merci…Momo ?
  • Oui…
  • Pourrais je te voir aujourd’hui au demain après les cours ?
  • Bien sûr que c’est possible, je t’envoie le chauffeur si tu veux tout à l’heure
  • Oui, peut-il venir à 13h ?
  • Très bien, il sera là juste avant 13h

Aicha prit l’initiative de rencontrer Momo. Elle voulait arranger les choses à sa manière. Elle ne se doutait pas de ce qu’elle allait apprendre.

 

Restez connectés pour voir la suite de cette histoire Lundi à 11 heures piles !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#LautreCoteDeLamour

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>