Chapitre 17

Chapitre 17

  • Ah non ma fille, c’est impossible, vous ne pouvez continuer à vous enfoncer dans cette relation
  • Mais maman, c’est quoi le problème au juste
  • Mais je te dis qu’il est chrétien, il ne peut t’épouser et même si vous continuez votre relation, cela n’aura aucune issue
  • Non, non, non maman, écoutes moi, parlons en
  • Je te dis que non, tu ne vas jamais propager la honte dans notre famille, tu ne te marieras pas avec un chrétien, c’est hors de question
  • Mais écoutes moiii !!
  • Non, non et non ! n’insistes surtout pas si tu ne veux pas que ton père soit au courant.

Sa mère était catégorique. Sa fille n’épouserait pas de chrétien, alors à quoi bon poursuivre une relation avec un homme de cette religion. Elle ne voulait même pas que son père découvre tout cela. Elle jouait un rôle de « filtre » dans la maison. Donc le père ne recevait que les informations déjà « Néttoyées », « finalisées ». Alors elle faisait tout pour qu’il ne découvre pas que sa fille Aïcha est sortie, ne serait-ce qu’une journée, avec Jean et qu’il était venu à la maison.

Tout est partie en vrille quand la mère d’Aïcha l’a invité à leur tour de déjeuner familial qui devait se tenir le dimanche suivant, elle lui avait proposé de venir dans la matinée. Jean lui répondit que le dimanche matin, il devait aller à l’église. A cet instant, son sang n’a fait qu’un tour.

  • Eglise ?? répéta-t-elle stupéfaite, que fais-tu à l’église ?
  • Mais je suis chrétien, c’est normal que j’aille à l’église

A partir de ce moment, la maman a essayé de garder son calme jusqu’à ce qu’il prenne congé. Et c’est là qu’elle commença à dire son avis à sa fille.

Plus tard chez Jean…

  • Moi je ne savais pas que t’étais chrétien, lui dit Aicha
  • Tu ne t’en doutais même pas un peu ?
  • Oui, mais, je ne pensais pas que ma mère en ferais un si gros problème
  • Est-ce que tu m’aimes ?
  • Mais oui bien sûr, pourquoi ?
  • Si tu m’aimes assez pour m’épouser, je deviendrais musulman
  • Oh mon Dieu, tu ferais ça ?
  • Oui, je le ferais mais, je ne t’épouserais que d’ici deux ou trois ans
  • Deux ou trois ans ? mais pourquoi ?
  • Si je t’épouse maintenant, que ferais tu de tes études ?
  • Mais je les continuerais évidemment, je ne vois pas le lien entre les deux
  • Et si tu tombes enceinte entre temps ?
  • Ben…écoutes, je ne tomberais pas enceinte aussi tôt
  • Quoi ? tu ne veux pas d’enfants ?
  • Mais si, bien sûr que j’en veux mais pas à la première année de mariage
  • Donc je pense que c’est mieux qu’on attende ces deux ou trois ans avant de nous marier car je souhaite avoir des enfants dès la première année, je ne vois pas pourquoi attendre, on aura avant cela du temps ensemble
  • Oui, mais bon…on pourra s’organiser lorsque le moment sera arrivé
  • Hunhun, marmonna-t-il pensif

Le calme s’interrompit lorsqu’Aïcha reçut un appel de Sally toujours aussi animée au téléphone

  • Oh mon Dieu, je suis heureuse
  • Sally, calmes toi qu’est-ce qu’il y a ?
  • Momo !! Je suis de nouveau avec Momo !!
  • C’est pour ça que tu cries comme ça au téléphone ?? Ce gars t’a marabouté ou quoi ?
  • Attends je te rappelle tout de suite !
  • Mais…
  • Clic, raccrocha-t-elle

Aïcha était encore étonnée lorsque le téléphone de Jean sonna au même moment.

  • Jean, mercii !! Merciii !
  • Sally calmes tes ardeurs un peu
  • Je suis tellement contente
  • Ben t’as intérêt à rester tranquille à partir de maintenant, la prochaine fois si tu refais tes trucs là, je ne t’aiderais pas
  • Jean, toi aussi !
  • Il n’y a pas de toi aussi qui tienne, tu n’es pas sérieuse du tout
  • Je te revaudrais tout ça
  • Hein ?? Allez je te laisse « digérer », finit-il de dire en riant

Sally était tellement dans les  « folklores », super émotive et toujours en « ébullition », agitée en gros.

Jean et Aicha rirent rien qu’en repensant à tout son cinéma.

  • Cette fille est ma copine mais je ne comprendrais jamais pourquoi je m’entends si bien avec elle, tellement nous sommes différentes
  • J’espère que tu n’es pas comme elle
  • Mais nooon, arrêtes ! elle a changé avec Momo !
  • Hun, si tu le dis ! en tout cas moi, je ne cautionne pas l’infidélité !
  • Haha, toi t’es fidèle ??

Il prit la main d’Aicha et le posa sur sa poitrine, puis lui dit :

  • Tu sens ce cœur qui bat ?
  • Oui, ria-t-elle
  • Tu le sens bien ?
  • Oui, répéta-t-elle, plus sérieuse
  • Ce n’est que pour toi qu’il bat…
  • Jean…
  • Oui…
  • Je crois que je t’aime…

Alors qu’ils étaient assis face à face sur le canapé, il s’approcha d’elle, lui prit la nuque et l’embrassa lentement, sensuellement. La température augmentant, il le tira vers lui afin de mieux la serrer dans ses bras. Il pivota d’un coup et se retrouva au-dessus d’elle l’embrassant cette fois ci avec une fougue tellement masculine. Les deux tourtereaux ne purent plus se retenir face à la tentation qui devenait de plus en plus enivrante. Le jeune homme entreprit de lui déboutonner sa chemise puis le lui enleva entièrement. Elle se retrouva alors avec un unique soutien-gorge. Il l’embrassait sur tout son buste, lentement, prenant le temps sur chaque point, lui faisant sentir une de ces vagues de chaleur qui parcoure le corps et fait perdre la raison. La sentant bien à l’aise, hypnotisée,  il voulut déboutonner son pantalon. Et à ce moment c’est comme si elle avait reçu un coup qui l’éveilla enfin. Elle le retint.

  • Mais qu’est-ce que tu fais ?? lui dit-elle

Il dut se calmer aussitôt.

  • Je…je suis désolée Aïcha…je…

Elle ne sut trop quoi faire. Elle prit juste la couverture la plus proche et se couvrit avec. Il comprit alors le message qu’elle était en train de lui envoyer.

  • Ecoutes, je ne savais pas, je me suis juste laissé emporter, excuses moi, je n’irais plus jamais aussi loin avant le mariage
  • ….
  • Rhabilles toi, je te dépose

Elle s’exécuta rapidement, pressée de partir.

Le chemin prit les quinze minutes les plus longues de sa vie. Elle avait un peu de gêne par rapport à ce qui s’était passé. Jean essayait de la mettre à l’aise un peu mais ça ne marchait pas. Elle était encore plus embarrassée. Lui discutait mais ça devenait lourd.

Arrivés à leur destination, elle prit congé et descendit très rapidement.

Plus tard, le soir, ils échangèrent quelques messages sans grande importance et le gêne partit tout naturellement.

Le lendemain, Sally était de retour à l’université. Elle souriait tout le temps et était radieuse. Mais un peu moins agitée que d’habitude. Comme si elle avait atteint un objectif ultime et était devenue calme et posée par la suite. Elle étonnait même Aïcha qui lui demandait sans cesse sont changement brusque. Elle répondait simplement qu’un jour elle dirait pourquoi. Ce qui étonnait encore plus Aicha. Cette dernière lui a même demandé si Momo lui avait demandé en mariage. Mais cela faisait éclater Sally de rire. « Mais qu’est-ce que tu racontes ? » disait-elle en pouffant de rire.

Sally était devenue trop calme tout d’un coup. Ce jour-là, tous ses gestes étaient comme calculés. Elle était en tout cas très calme.

 

 

 

 

 

 

 

Vous voulez connaître la suite, restez connectés !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#Incomprise

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>