Chapitre 12

Chapitre 12

L’amour donne des ailes, surtout quand on en prend conscience. On ne peut le définir clairement mais il donne une de ces joies de vivre et par-dessus tout quand cela est réciproque. Aïcha se mit presque toute la journée à penser à Jean et à se souvenir de leur soirée. Ils avaient finalement convenu par message qu’il viendrait lui remettre son écharpe à l’université le lendemain. Elle savait que tout ceci n’était qu’un fin prétexte pour la revoir mais elle adorait son écharpe et ne voulait surtout pas retourner chez lui alors ce compromis lui allait très bien.

Au début de l’après-midi, Sally l’appela.

  • Alors boy, comment c’était la soirée ?
  • Bien ! Juste bien !
  • Hum, pourquoi j’ai l’impression que tu me caches quelque chose ?
  • Ecoutes, quand on se verra je vais tout t’expliquer
  • Hum ! J’ai hâte de savoir ! Mon intuition ne me ment jamais tu sais
  • Arrêtes de faire des allusions ! t’es trop chiante !
  • Chiante toi-même ! Ish !
  • Bon je raccroche, je révise mes cours.
  • Ok, en tout cas, saches que tout ce que tu peux me raconter, je sais déjà !
  • Haha, allez bye !

Sally avait repris son agitation habituelle, cela prouvait qu’elle avait retrouvé sa joie de vivre. Sa relation avec Momo était au beau fixe et c’était super pour elle. Mais elle avait toujours l’impression d’en vouloir plus que lui. Elle s’investissait toujours plus essayant toujours de trouver un moyen de lui  faire plaisir. Comme si elle quémandait son amour et son attention. Elle était devenue une autre personne. Un jour elle s’est même mise à rigoler en pensant qu’elle était avec Momo sans intérêt. Elle avait tellement l’habitude de sortir avec des hommes pour leur argent qu’elle-même s’étonnait du changement qui s’était opéré dans sa vie. Après, elle s’est dit que peut être c’était juste sa nature. Il était peut être comme ça. Il l’aimait quand même et finalement elle voulait se contenter de son amour, qu’il l’exprime ou pas. Car elle l’aimait beaucoup. Il lui est arrivé une fois de se dire que les femmes montraient plus leurs sentiments que les hommes. Mais elle s’est rappelé de ses ex et de tout ce qu’ils faisaient pour elle. Eux, lui démontraient tellement d’affection alors qu’elle n’était là que pour leurs sous. Il y en a même un qui a pleuré à chaudes larmes quand elle lui menti en lui disant qu’elle serait mariée de force. Sally avait tellement fait tourner des têtes. Et désormais c’était à elle de tourner…autour de Momo. Elle s’accrochait tellement. Comme si, après lui, il n’y aurait plus d’homme sur terre. C’était exactement l’attitude que ses ex avaient envers elle. Mais elle ne voulut pas admettre que la roue tourne et que ce qu’elle était en train de vivre était juste le karma. Elle ne pouvait s’y résoudre. Ce serait une défaite. Elle se dit que de toute façon, tôt ou tard, son charme ferait mouche et son beau prince charmant l’épouserait.

***

Jean était à la porte de l’université au moins quinze minutes avant l’heure convenu. Il était venu à la dernière heure car il se disait que la pause de midi serait trop courte pour lui. Il gara sa voiture au premier parking qu’il vit une fois entré à l’intérieur du campus.

  • Coucou la plus belle, dit-il à Aïcha en lui faisant la bise
  • Comment tu vas ?
  • Je vais bien et toi ?
  • Où est mon écharpe ?
  • Quelle écharpe ?
  • Arrête s’il te plaît ! donnes moi mon écharpe, je dois rentrer tôt aujourd’hui
  • Je te déposerais, tu arriveras tôt !
  • Où est mon écharpe ?
  • Je l’ai oublié à la maison, on peut y aller pour que je te le remette
  • Il est hors de question que je vienne chez toi !!
  • Je blague, ton écharpe est là !!

Il ouvrit la porte arrière de la voiture et sortit l’accessoire et le lui enroula autour du cou. Puis il lui dit de monter dans la voiture afin qu’il la dépose. Elle hésita un peu comme à son habitude et s’exécuta.

A peine la voiture démarra qu’elle reçut un message : « Tu caches bien ton jeu petite coquine ! ». Elle répondit du tic au tac à Sally : « Je ne cache rien, je ne fais que rentrer chez moi ».

  • Et pourquoi Jean est là ?
  • Il est venu pour me remettre mon écharpe
  • C’est ça ouais ! il t’amène là où il doit te remettre ton écharpe ? prenez les gens pour des gamins !
  • Je t’appelle une fois chez moi
  • Looool ! hum !

Sally était comme une maquerelle. On aurait dit qu’elle voulait pousser Aïcha dans les bras de Jean. Quel intérêt avait-elle de faire ça ? Cela faisait parfois rire Aïcha, comme ce jour-là dans la voiture.

Ce dernier étonné, demanda aussitôt : « C’est à ton mec que tu parles ?». Elle écarquilla les yeux, surprise par sa question.

  • Comment ? je ne comprends pas de quoi tu parles
  • Les messages que tu envoies depuis, c’est à ton mec que tu l’envoies ?
  • Non, c’est à Sally que je parle
  • Ah d’accord !

Elle savait que la question qu’il lui avait posée sur les messages enfermait une toute autre question : « As-tu un mec ?». Elle le savait très bien et laissa cette question sans réponse. Elle ne voulait pas encombrer sa vie avec une relation de plus.

En même temps, elle se demandait pourquoi elle mettait tant de barrières entre elle et les hommes. Elle-même ne se comprenait pas. Après elle se réconfortait simplement en se disant que c’était mieux ainsi.

Une fois arrivée chez elle, elle remercia et voulut prendre congé quand Jean la retint :

« Prends ça » et il lui remit une boîte de pizza.

  • C’est quoi ça ?
  • Je l’avais achetée pour qu’on la déguste ensemble chez moi mais puisque tu ne veux pas venir chez moi, tu vas quand même goûter à ça
  • Non…Jean…il ne faut pas, merci…
  • Mais allez prends, de toute façon, je vais en acheter une autre !
  • Non merci, je vais partir
  • C’est en tant qu’ami !

Elle hésita et finit par prendre la boîte de pizza. Elle dit au revoir, remercia et sortit de la voiture avec sa grosse boîte que tout le monde scrutait autour d’elle. Jean sortit de la voiture juste avant qu’elle n’entre dans la maison et l’appela « Aïcha, attends juste une minute ».

Il s’approcha d’elle et lui parla sincèrement.

  • Au fait…Il faut qu’on parle une bonne fois
  • De quoi ?
  • Aïcha, tu sais très bien de quoi je veux parler, ça fait un moment que je cours derrière toi comme un toutou, je veux que tu me dises si tu veux de notre relation oui ou non une bonne fois pour toute afin que je sache à quoi m’en tenir avec toi
  • Jean, écoutes, je dois réfléchir…
  • Ça fait un bon bout de temps que tu réfléchis, je fais de mon mieux mais j’ai l’impression que tu  t’en fous !
  • Ce n’est pas que je m’en fous !
  • Alors c’est quoi ?
  • Ben voilà, tu ne sais même pas pourquoi tu me fais courir autant
  • C’est que…
  • D’ici demain, dis-moi, si on est ensemble ou non, si d’ici là, tu ne réponds pas alors, je supposerais simplement qu’il n’y a rien à espérer entre nous et je ne t’embêterais plus, tu n’entendras plus parler de moi

Il ne lui laissa pas le temps de répliquer, il tourna simplement les talons, entra dans la voiture et démarra. Elle regardait la voiture s’éloigner à vive allure, se pinçant pour vérifier si elle ne rêvait pas.

 

Restez connectés pour voir la suite de cette histoire Lundi à 11 heures piles !!

Allez voir les nouveaux auteurs de Carvi Writer sur le site www.carviwrite.com et restez à l’écoute pour le tome 2 de « l’autre côté de l’amour » dont la date de sortie vous sera très bientôt communiqué. Très bonne lecture !!!

 

#CarviWriter

#NouveauxAuteurs

#LautreCoteDeLamour

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>